Statistiques de ce blog

Par curiosité, je viens de m’amuser à regarder les pages les plus vues durant ces 42 derniers mois, peu après la création du blog.

Cela donne :

Maisons d’édition acceptant les manuscrits par mail   38 435, vainqueur sans conteste,

Réflexions sur l’amitié  9232

Page d’accueil/Archives  4374

 

Qui suis-je  635

Livre 8 Saisons poétiques en train (recueil de poésie) 292

Livre 9 Deux, Pair et manque ( roman)  254

Tempus fugit (une poésie) 237

Le vieux permis de conduire (une mini nouvelle)  197

 

La « place » de la poésie est intéressante, entre autres.

Manneken Pis ne rigole plus – Georges Roland (note de lecture)

Résumé (Babelio) ) : 

ISBN : 2960080599
Éditeur : BERNARDIENNES (06/04/2013)
Résumé :

(*)Un traminot-polar zwanzé ?Wadesma da veui eet ? Qu’est-ce donc cela ?

« Il s’agit d’une approche cybernétique et transcendantale, quasi oulipienne, de la desserte ferroviaire subjacente en milieu urbanisé. »

Ça, c’est une zwanze, tu comprends ? Mais une de technocrate avec une barbe, une épée et un chapeau à cornes et que tu rencontreras pas sur le trottoir gauche en descendant la rue Saint-Ghislain ou dans un caberdouche de la rue des Prêtres.

Un traminot-polar zwanzé, c’est net la même chose, sauf que c’est juste le contraire ; c’est un roman policier humoristique qui se passe à Bruxelles.
Tu rencontres là-dedans des tronches colorées au lambik racontées par Roza, une rame de métro qui a sa langue bien pendue avec un accent qui ne vient pas du vieux Nice, newo.
Le commissaire Carmel qui boit de la gueuze comme toi tu bois du Cacolac, sa fille Arlette adepte de sports de combat, et madame Gilberte qui va kocher les rames au dépôt et qui cause avec ses copines de comptoir de la brasserie Pill de madame Bertha où-ce qu’y a des anciens et des nouveaux colons du Congo qui viennent se frotter la panse en dégustant un stoemp au moambe et saucisses arrosé de faro et de pékèt. Tout ça dans les rues de Bruxelles.
À la fin du livre, tu trouves un lexique pour si tu es né à Villeneuve-Loubet ou bien que tu habites à Houte-Si-Plou et que tu ne comprends rien à tout ce bazar. Juste net comme ici en dessous. Ara !

Présentation de l’auteur (sur son blog) : 

Je ne suis ni romaniste, ni linguiste, ni arriviste, ni foutbaliste (j’insiste).
Je ne suis ni universitaire, ni mercenaire, ni fonctionnaire, ni patibulaire (j’espère).
Je ne suis ni historien, ni académicien, ni politicien, ni vaurien (je pense bien).
Je suis un artisan, un manuel de l’écriture ; un voyageur sans bagage, dans l’univers du rêve.
Simplement, quelque chose se met à bouillir en moi, et explose.

Les figures que j’ai connues naguère deviennent soudain des acteurs, les faits réels, des aventures, et le tout fait un roman, une fiction.
Un auteur n’existe que grâce aux personnages qu’il crée, son nom importe peu.
J’aime la langue française, apprise à l’école, sur le tard, et j’aime le dialecte bruxellois, issu du Brabançon, ma langue maternelle. Ils sont les instruments desquels je joue, et cette dualité me fascine jusque dans les êtres et les événements qui font le quotidien.
J’écris des divertissements, je façonne des outils pour l’évasion. Voir sur le visage d’un lecteur, un sourire ou une larme qui reflète son bonheur, est la finalité de mon travail.  
Ma lecture :  cette enquête policière est presque un prétexte à faire virevolter des personnages hauts en couleur pour notre plaisir et celui de Georges qui se régale çà et là de la mise en valeur pittoresque du parler bruxellois.(Le lexique nous sauve de l’incompréhension qui pointe parfois, plutôt rarement car le contexte aide beaucoup).  Au-delà du sourire qui accompagne souvent la lecture, le Français, Nordiste, que je suis s’est beaucoup réjoui lui aussi des similitudes relevées parfois entre le bruxellois et le chti, qui m’est si cher. Une lecture que je ne peux que conseiller.

Mare incertaine

L’avant-dernière  de mes 45 pièces sur la mare (ici https://www.atramenta.net/collections/la-mare/1578-913?page=1&start=0%20ICI )

Mars rétif englue la mare.

Toujours un soleil veule passe et repart ;

Las, il n’a pas fait son oeuvre :

Tout reste froidure en ces manoeuvres.

———————————–

Au banc, j’ai gardé ma vêture d’hiver ;

Bien m’en a pris, sinon je n’aurais pu

Ici séjourner à tracer ces vers.

Sûr, j’aurais dû fuir au vent têtu.

————————————

Harnaché, je résiste en respirant le frais.

L’eau calme est marron limon mais

Dessus flottent, sales, herbes et branchages :

L’hiver a laissé la laideur en partage.

——————————————

Engourdis, endormis, les canards ne se meuvent,

On dirait que bouger ils ne peuvent,

Attendant, patients, de la nature l’éveil

Qui tantôt devrait nous lâcher ses merveilles.

———————————–

Il est temps car du froid, c’est assez !

Il suffit ! De seulement pouvoir rêver été…

On le veut, on l’espère, on sait bien qu’il viendra,

Après ce printemps qui, par intermittence, murmure déjà.

Un blogueur rencontre à son décès l’Être suprême. (fantaisie)

Appelons-le Dédé.

Dieu : ah, te voilà enfin, Dédé (D), On m’en a dit de belles sur toi ! Bon, je sais, tu n’étais pas le plus mauvais, mais pas le meilleur non plus. Je vais t’envoyer au purgatoire car tu as trop aimé… et les femmes en plus ! Tu n’étais pas un peu casse-cou ?

D : Que voulez-vous, Monsieur Dieu, c’était ma nature. J’ai bien essayé de résister mais il y avait en moi Dieu sait quoi qui…

Dieu : Fais gaffe à ce que tu dis, Dédé, queue diable, tu blasphèmes !

D : Pardon, Excellence. C’est comme pour ma vie, je voulais pas vraiment et puis…

Dieu : Bon, je ne vais pas être trop vache ; pour calmer ta passion et ses ardeurs, le purgatoire va te convenir car depuis trois mois ils sont en panne de chauffage. On a dû reloger toutes les femmes tellement ça caille (sic) ! Y’a plus que des gazous. Je sais que tu comprends ce langage car tu rentres de Djerba. Pour la chaleur c’est maccache besef et … plus de gazelles en vue…

D: Ô Dieu, tu peux pas me faire ça à moi qui ai résisté même à la conversion à l’islam qui pourtant promet un paradis peuplé de vierges.

Tiens, je préfère encore que tu m’envoies en enfer. Là il paraît qu’ils ne tombent jamais en panne grâce aux nouveaux panneaux solaires Hongrylltout ; mais la douleur m’égare , Seigneur, je vous ai tutoyé par inappétence. Je te, euh… vous prie de me pardonner. Après tout, c’est votre spé.

Dieu :En enfer ?… C’est trop risqué. Je peux pas faire ça à mon pote Satan. Tu vas lui chouraver toutes ses nanas.

D : Ô mon Dieu, même si je promets d’être sage ? Vous pourriez envoyer Jost pour me surveiller, ou encore Bernard, voire Denis. C’est des sérieux, ces trois-là! Enfin, vite dit, car je crois savoir que le Bernard a écrit des trucs érotiques, je ne voudrais pas cafter mais… enfin, vous savez tout, hein, il paraît !

Dieu : Bon, Dédé, je vois que tu baratines comme les Tunisiens que tu viens de rencontrer. Je ne vais pas m’en sortir ; j’ai du boulot, moi. Allez, zou, retourne sur terre. C’est encore là que tu feras le moins de dégâts…

Et Dédé revint ainsi sur son blog, à la joie –  mesurée – de ses lecteurs. 🙂

La minute pub

Au salon du livre des Pieux, début mars, je rencontre par hasard une dame tout à fait inconnue de moi, auteur elle aussi. Elle s’enquiert de mes écrits et je lui parle plus particulièrement de ma poésie.

Elle demande à voir et tombe alors en admiration totale des quelques pièces que je lui montre (extraites des livres que je présente là,  « Saisons d’une passion », « Toi-Nous » et surtout « Saisons poétiques en train »). Elle n’a alors de cesse de faire ma publicité durant le deuxième jour du salon, ce dont je la remercie ; j’espère le mériter…

Je m’intéresse aussi à son livre , que j’acquiers le dimanche et je vous livre ici la gentille dédicace qu’elle m’en a faite :

ades definitif

Elle me dit qu’elle va parler de mes poèmes à un ami connu du monde de l’édition. Wait and see.

Sa biographie : Brigitte Adès, journaliste, chef du bureau britannique et du site de la revue Politique Internationale, est spécialisée dans les interviews des grands « décideurs » politiques, parmi lequels Thatcher, Cameron, Moubarak, Gorbatchev, Tony Blair, Richard Holbrooke, Zaki Yamani, Amartya Sen. Ses articles sont publiés dans de nombreux journaux dont Le Figaro, Le Point, Huffingtonpost, International New York Times, Focus, Espresso, Corriere della Sera. Elle a fait ses études de relations internationales à Oxford, où elle a rencontré un jeune étudiant iranien devenu son mari.

 

Son livre, que j’ai lu avec plaisir : Les exilés du paradis

Présentation de l’éditeur: » Il y a des romans qui en disent plus long sur la réalité du monde que les essais les plus sophistiqués. À travers l amitié de deux jeunes franco-iraniens, dont le destin va diverger malgré eux, Les Exilés du Paradis plongent le lecteur au coeur du grand affrontement du moment qui oppose l Islam éclairé au radicalisme le plus obscurantiste. En se tournant vers ses racines, Farhad découvre que cette lutte entre deux projets de sociétés existait déjà en Perse au onzième siècle. Son ancêtre n avait-il pas lutté contre la secte des Assassins, les premiers terroristes de l Histoire ? Devenant le moteur de son existence et du roman, ses investigations conduisent Farhad à Ispahan, sa ville natale, puis à Londres et enfin à Paris. Ses voyages sont à la fois une introspection et une analyse critique de ces villes. Fort de cette connaissance, il s installe à Londres où il organise bientôt des groupes de réflexion sur la pratique de l islam, menant parallèlement une enquête qui le mettra en présence d une machine de guerre sous-jacente alimentée par des réseaux islamistes. Une réflexion sur toutes les facettes de l Islam et leur incidence sur nos jeunes aux repères de plus en plus flous. Mais aussi une très belle fresque contemporaine sur l amitié et la rédemption par l amour, que tisse Brigitte Adès avec la finesse de sa double culture. Un livre pour les esprits curieux de toutes les générations ».

L’Ordre du jour – Éric Vuillard (C.R. de lecture)

Le livre (babelio) :

L’Allemagne nazie a sa légende. On y voit une armée rapide, moderne, dont le triomphe parait inexorable. Mais si au fondement de ses premiers exploits se découvraient plutôt des marchandages, de vulgaires combinaisons d’intérêts ? Et si les glorieuses images de la Wehrmacht entrant triomphalement en Autriche dissimulaient un immense embouteillage de panzers ? Une simple panne ! Une démonstration magistrale et grinçante des coulisses de l’Anschluss par l’auteur de «Tristesse de la terre» et de «14 juillet».

Extrait

« UNE RÉUNION SECRÈTE

Le soleil est un astre froid. Son cœur, des épines de glace. Sa lumière, sans pardon. En février, les arbres sont morts, la rivière pétrifiée, comme si la source ne vomissait plus d’eau et que la mer ne pouvait en avaler davantage. Le temps se fige. Le matin, pas un bruit, pas un chant d’oiseau, rien. Puis, une automobile, une autre, et soudain des pas, des silhouettes qu’on ne peut pas voir. Le régisseur a frappé trois coups, mais le rideau ne s’est pas levé.                    Nous sommes un lundi, la ville remue derrière son écran de brouillard. Les gens se rendent au travail comme les autres jours, ils prennent le tram, l’autobus, se faufilent vers l’impériale, puis rêvassent dans le grand froid. Mais le 20 février de cette année-là ne fut pas une date comme les autres. Pour – tant, la plupart passèrent leur matinée à bûcher, plongés dans ce grand mensonge décent du travail, avec ces petits gestes où se concentre une vérité muette, convenable, et où toute l’épopée de notre existence se résume en une pantomime diligente.
La journée s’écoula ainsi, paisible, normale. Et pendant que chacun faisait la navette entre la maison et l’usine, entre le marché et la petite cour où l’on pend le linge, puis, le soir, entre le bureau et le troquet, et enfin rentrait chez soi, bien loin du travail décent, bien loin de la vie familière, au bord de la Spree, des messieurs sortaient de voiture devant un palais. On leur ouvrit obséquieusement la portière, ils descendirent de leurs grosses berlines noires et défilèrent l’un après l’autre sous les lourdes colonnes de grès. »

Ma lecture : 

Superbe texte qui retrace l’histoire de la conquête du pouvoir par les nazis, leur influence en Allemagne, Autriche et dans toute l’Europe, leur régime sans partage jusqu’en 1945.

Il s’attarde longuement sur l’Anschluss, les compromissions des grands industriels allemands qui gardèrent leur influence dans l’après-guerre et jusqu’à aujourd’hui, la lâcheté des Européens face à Hitler, le règne de la force.

L’annexion de l’Autriche est tournée en ridicule par le gigantesque embouteillage de panzers tombés tous en panne ce jour-là, à la grande fureur d’Hitler, retardé pour son entrée à Vienne,  ce qui démontre aussi l’absence totale d’opposition dans cet accueil enthousiaste de l’immense majorité des habitants.

La fin est particulièrement émouvante lorsqu’il évoque le suicide de plus de 1700 Autrichiens dans les semaines qui suivirent l’annexion, le 12 mars 1933. À leur manière, ils sauvèrent l’honneur d’un pays qui, sous le joug, les manipulations et aussi par faiblesse, avait capitulé, appelant à lui le tyran. Ils ne se sont pas suicidés, dit l’auteur, ils sont les victimes d’un crime.

Tout autant qu’il évoque cette période funeste, ce livre nous alerte et informe sur les manques et compromissions de l’Humain dans un monde implacable. Une belle écriture, une lecture très forte que je ne regrette pas.

La mare anti-spleen (poésie)

ma mare 2

L’une des dernières de mes 44 pièces sur la mare (ici https://www.atramenta.net/collections/la-mare/1578-913?page=1&start=0%20ICI )

 

Jour d’ennui, de solitude

Aussi journée de lassitude.

Sept ans déjà que la retraite vint,

Sept, « d’utilité sociale » enfuie, du parfois « vivre vain ». Lire la suite « La mare anti-spleen (poésie) »

Nouvelle distinguée

 

La ville de Mennecy (91) organise depuis 8 ans, à présent en février, le festival du livre d’Île de France, où pour cette édition 150 auteurs étaient conviés, sur les 2 jours, une grande et belle manifestation dont l’invitée d’honneur était cette fois Mireille Calmel.

Parallèlement a lieu (depuis 3 ans) un concours de nouvelles : le prix Jean-Jacques Robert. Cette année dix nouvelles ont été sélectionnées par le jury afin de figurer dans le recueil offert à tous les visiteurs du salon et tiré à 500 exemplaires.

Mon texte « Elsa » a eu le bonheur de faire partie de ce choix. Le voici : Lire la suite « Nouvelle distinguée »

Pour un exercice d’écriture : le parfait dictateur

demagogue-2193093_640

Charte dictatoriale

« Voici le sujet d’écriture: « Quel sorte de dictateur êtes-vous ? »Une grande catastrophe a annihilé la quasi-totalité de l’espèce humaine. Vous faites parti des survivants en compagnie de quelques milliers d’autres hommes et femmes. Votre objectif est d’établir une charte qui posera les bases légales au fonctionnement de votre communauté de rescapés (en vase clos). Pour cela, vous disposez d’un maximum de 10 articles et de 1000 mots ! Lire la suite « Pour un exercice d’écriture : le parfait dictateur »

Moi, Nojoud, 10 ans, divorcée (Note de lecture)

Nojoud

Sur Babelio :

Nojoud Ali
Delphine Minoui (collaborateur)

ISBN : 2749909767
Éditeur : MICHEL LAFON (22/01/2009)

 

Résumé :

Ce livre est l’histoire vraie d’une petite Yéménite qui a osé défier l’archaïsme des traditions de son pays en demandant le divorce. Et en l’obtenant !Une première dans ce pays du sud de la péninsule arabique, où plus de la moitié des filles sont mariées avant d’avoir dix-huit ans. Son courage a été largement salué par la presse internationale et son parcours a ému le monde entier. 

Passée du statut de victime anonyme à celui d’héroïne, elle raconte aujourd’hui son histoire. Pour briser le silence. Pour encourager les autres petites filles de son âge à ne pas tomber dans le même piège qu’elle. 

—————————————————————————————————————————————
Lecture :
j’ai lu ce livre il y a déjà quelque temps. Il m’était tombé sous la main un peu par hasard car ce n’est pas mon genre de lecture habituel, orienté que je suis vers des choses plus littéraires. J’avais alors pris quelques notes sur lesquelles je ne remets pas la main… grrr.
Je suis allé jusqu’au bout de ce petit écrit ;  il y a de l’émotion dans la narration de cette histoire vécue.
C’est un témoignage déjà un peu ancien (2008) sur la condition féminine au Yemen. A-t-elle beaucoup évolué ?
On y voit comment cette enfant a dû quitter l’école à 10 ans pour être mariée de force et subir un calvaire ; sa volonté sans faille lui permettra de s’en sortir. (Un cas qui restera isolé ?) Elle décide ainsi de ne plus porter le niqab, de mettre des talons, puis d’être plus tard avocate afin de défendre les droits des filles de son pays. Ayant fini, grâce à son acharnement et à l’aide d’une avocate, par  obtenir le divorce, elle a pu reprendre l’école.
À cette lecture qui provoque notre empathie  et quand on voit ce qu’il reste à faire chez nous pour établir l’égalité hommes/femmes, on ne peut que se féliciter de vivre dans nos pays occidentaux, certes très imparfaits, mais loin de ces coutumes archaïques : oui, nous sommes malgré tout chanceux ; ne l’oublions pas. Il est bon de lire aussi de tels documentaires.
Qu’est-elle devenu ? 
(wikipédia) [en 2009]  un projet de loi visant à établir l’âge minimum du mariage a été bloqué par la commission de la chariaau Parlement yéménite1. Le projet de constitution présenté en janvier 2015 prévoit d’amener l’âge légal du mariage à dix-huit ans2, mais la guerre rend les conditions de vie difficiles et il n’y a pas d’âge minimum pour le mariage au Yémen.

Daprès le site 7 sur 7.be, une info de 2013 : « Le livre de son histoire a été écrit par Delphine Minoui et publié en France, puis traduit dans 16 langues et vendu dans 35 pays. L’éditeur, Michel Lafon, était d’accord pour verser 1.000 dollars par mois au père, Ali Mohammed al-Ahdel, jusqu’aux 18 ans de la fille. Une grande maison a également été achetée pour la famille et un fonds est versé directement à l’école pour sa scolarité.

Seulement voilà, Nojoud a déclaré qu’elle n’avait pas touché un centime de l’argent versé à son père. Elle a indiqué que son père louait le premier étage de la maison à une autre famille. « Il m’a demandé de partir et d’aller vivre avec mon grand frère dans sa miniscule maison ».

Sa soeur, Haifa Ali, a récemment été fiancée à un homme qu’elle ne connaît pas. « Je ne veux pas me marier. J’ai très peur parce que la dot a déjà été payée et je veux continuer ma scolarité ».

Haifa est interrompue par Nojoud, sa colère dépassant sa timidité: « Je ne laisserai pas ça passer. Je parlerai à un maximum de journalistes et d’avocats. Tout cela est illégal. »

Le père a refusé de parler au Guardian mais l’éditeur dit tenter de rectifier la situation. « Légalement, nous ne pouvons pas payer Nojoud directement au Yémen et il est parfois très difficile de savoir ce qu’il se passe depuis la France », a déclaré Margaux Mersie, représentante des éditions Michel Lafon. « Le problème est que beaucoup de juges soutiennent le père ».

La fille est déterminée à aller étudier en Angleterre pour devenir avocate. « Comparée aux rêves, la réalité est parfois cruelle. Mais la vie nous réserve parfois de belles surprises », conclut la jeune fille, avec une maturité surprenante. »