Un blogueur rencontre à son décès l’Être suprême. (fantaisie)

Appelons-le Dédé.

Dieu : ah, te voilà enfin, Dédé (D), On m’en a dit de belles sur toi ! Bon, je sais, tu n’étais pas le plus mauvais, mais pas le meilleur non plus. Je vais t’envoyer au purgatoire car tu as trop aimé… et les femmes en plus ! Tu n’étais pas un peu casse-cou ?

D : Que voulez-vous, Monsieur Dieu, c’était ma nature. J’ai bien essayé de résister mais il y avait en moi Dieu sait quoi qui…

Dieu : Fais gaffe à ce que tu dis, Dédé, queue diable, tu blasphèmes !

D : Pardon, Excellence. C’est comme pour ma vie, je voulais pas vraiment et puis…

Dieu : Bon, je ne vais pas être trop vache ; pour calmer ta passion et ses ardeurs, le purgatoire va te convenir car depuis trois mois ils sont en panne de chauffage. On a dû reloger toutes les femmes tellement ça caille (sic) ! Y’a plus que des gazous. Je sais que tu comprends ce langage car tu rentres de Djerba. Pour la chaleur c’est maccache besef et … plus de gazelles en vue…

D: Ô Dieu, tu peux pas me faire ça à moi qui ai résisté même à la conversion à l’islam qui pourtant promet un paradis peuplé de vierges.

Tiens, je préfère encore que tu m’envoies en enfer. Là il paraît qu’ils ne tombent jamais en panne grâce aux nouveaux panneaux solaires Hongrylltout ; mais la douleur m’égare , Seigneur, je vous ai tutoyé par inappétence. Je te, euh… vous prie de me pardonner. Après tout, c’est votre spé.

Dieu :En enfer ?… C’est trop risqué. Je peux pas faire ça à mon pote Satan. Tu vas lui chouraver toutes ses nanas.

D : Ô mon Dieu, même si je promets d’être sage ? Vous pourriez envoyer Jost pour me surveiller, ou encore Bernard, voire Denis. C’est des sérieux, ces trois-là! Enfin, vite dit, car je crois savoir que le Bernard a écrit des trucs érotiques, je ne voudrais pas cafter mais… enfin, vous savez tout, hein, il paraît !

Dieu : Bon, Dédé, je vois que tu baratines comme les Tunisiens que tu viens de rencontrer. Je ne vais pas m’en sortir ; j’ai du boulot, moi. Allez, zou, retourne sur terre. C’est encore là que tu feras le moins de dégâts…

Et Dédé revint ainsi sur son blog, à la joie –  mesurée – de ses lecteurs. 🙂

La mare anti-spleen (poésie)

ma mare 2

L’une des dernières de mes 44 pièces sur la mare (ici https://www.atramenta.net/collections/la-mare/1578-913?page=1&start=0%20ICI )

 

Jour d’ennui, de solitude

Aussi journée de lassitude.

Sept ans déjà que la retraite vint,

Sept, « d’utilité sociale » enfuie, du parfois « vivre vain ». Lire la suite « La mare anti-spleen (poésie) »

Nouvelle distinguée

 

La ville de Mennecy (91) organise depuis 8 ans, à présent en février, le festival du livre d’Île de France, où pour cette édition 150 auteurs étaient conviés, sur les 2 jours, une grande et belle manifestation dont l’invitée d’honneur était cette fois Mireille Calmel.

Parallèlement a lieu (depuis 3 ans) un concours de nouvelles : le prix Jean-Jacques Robert. Cette année dix nouvelles ont été sélectionnées par le jury afin de figurer dans le recueil offert à tous les visiteurs du salon et tiré à 500 exemplaires.

Mon texte « Elsa » a eu le bonheur de faire partie de ce choix. Le voici : Lire la suite « Nouvelle distinguée »

Pour un exercice d’écriture : le parfait dictateur

demagogue-2193093_640

Charte dictatoriale

« Voici le sujet d’écriture: « Quel sorte de dictateur êtes-vous ? »Une grande catastrophe a annihilé la quasi-totalité de l’espèce humaine. Vous faites parti des survivants en compagnie de quelques milliers d’autres hommes et femmes. Votre objectif est d’établir une charte qui posera les bases légales au fonctionnement de votre communauté de rescapés (en vase clos). Pour cela, vous disposez d’un maximum de 10 articles et de 1000 mots ! Lire la suite « Pour un exercice d’écriture : le parfait dictateur »

Osmose,os-mare (poésie)

2017-09-18 osmose, os-mare 001

42 ième pièce poétique/44 de ma collection « La mare », sur atramenta.net (https://www.atramenta.net/account/write/collection_edit.php?cid=913)

En beauté dans la lumière

Froide d’un matin automnal,

La mare, fidèle en son aire

Réjouit l’oeil, le coeur et l’âme.

———————————— Lire la suite « Osmose,os-mare (poésie) »

11 heures 31 (mini-nouvelle)

        11 heures 31

 

     Il est 10 heures 37. Dans la gare, Benoît regarde le tableau d’arrivée des trains. Non, pas encore d’annonce… Au bout de son bras ballant, un bouquet de fleurs rouges.

Il fait froid dans le hall. Benoît s’avance vers le buffet et commande un café noir.

« Bien chaud, surtout » dit-il.

Le garçon, surpris, préchauffe la tasse avec l’eau et la vapeur sous pression du percolateur.

Des gens discutent, tranquillement attablés. À leurs pieds, des sacs, des valises avec étiquette : LD, OR, CDG, IST… Quelques personnes paraissent très animées : il va bientôt y avoir des élections.

Des bribes de conversations parviennent aux oreilles de Benoît : Lire la suite « 11 heures 31 (mini-nouvelle) »

Mare-monie (poésie)

44 ième pièce de ma collection « La Mare », à voir  ICI

 

Dernier après-midi d’octobre.

Dans l’air demi-doux la mare se recueille

En attendant novembre,

Une promesse d’écueil.

————————

Frimas du matin ont cédé à presque douceur

Comme il fait bon séjourner ici à cette heure. Lire la suite « Mare-monie (poésie) »

La joueuse (petit conte)

J’ai pris sans payer le train de nuit pour Hameln- RFA. On dit parfois aussi Hamelin.
En cette saison je pouvais encore espérer y voir du Maiglöckchen (muguet) mais ce n’était pas là le but de mon voyage.

Je m’étais dissimulée dans le wagon à bagages où il y avait sur divers niveaux de grandes plateformes. Si grandes que j’ai pu m’allonger sur la plage constituée par l’une d’elles, juste sous le plafond. Certes j’avais dû pratiquer un peu d’escalade, mais habituée aux 400 coups, ce ne fut pas un vrai problème.
J’avais même en son temps participé à mai 1968 ; c’est bien vieux tout ça. Sous ma plage actuelle il n’y avait plus de pavés, quoique…

Le voyage fut long ; je l’occupais à lire malgré le peu de lumière. Lire la suite « La joueuse (petit conte) »

Réédition de La petite boutique des sentiments (roman)

Roman sentimental.

Paru en 2012 sous le titre « Malgré tout », » La petite boutique des sentiments »,  rééditée en 2014 sous cet autre titre vient de l’être à nouveau (sept. 2017) par les éditions Bernardiennes [B]).

Thème : Un homme, une femme.
Lui est veuf, elle en couple.
Une rencontre fortuite et leurs vies basculent.
Une histoire de passion amoureuse, banale somme toute, ou presque ? Pas si simple… : leur rapprochement va les amener à remettre en question tous leurs repères dans l’existence.
Trouveront-ils un nouvel équilibre ? A vous de le découvrir…

Présentation :  Lire la suite « Réédition de La petite boutique des sentiments (roman) »

Îvre de rêve (poésie)

À nouveau Brétigny,

La gare, le R.E.R. meurtri ;

Il a repris son train train, se cambre,

En atmosphère de septembre.

———————————

Un peu las, je lis :

Kerouac explique le Beat.

J’apprends ; c’est important.

———————————-

Soudain, les yeux au ciel

Lire la suite « Îvre de rêve (poésie) »