Écrits de confinements : avril-mai 2020

9 avril : Pensées

La fin d’après-midi était – il le voyait de la fenêtre de son bureau – baignée d’un soleil provocant.
Ça, c’était l’extérieur, où, à part dans les jardinets, sur les balcons, terrasses et loggias, fort peu se mouvait.
On était en avril 2020 ; la France était confinée, disait-on. Une maladie tant contagieuse qu’inconnue s’était abattue sur la planète, ravageant les pays les uns après les autres. Les gens n’avaient plus entre eux que les rares contacts autorisés. Lui n’était sorti que trois fois en trois semaines, fort peu de temps du reste. On le ravitaillait ; il était privilégié.
Comme beaucoup d’autres, il s’adonnait à des activités qu’il avait quelque peu délaissées ces derniers temps, la lecture surtout.
Parfois il prenait – puisqu’il l’avait – le temps de penser, comme ce jour-là où il avait repris la plume.
Il ne savait pas pourquoi il avait jeté les yeux vers l’extérieur car, à vrai dire, il passait le plus clair de son temps sur les écrans, la nouvelle maladie des deux derniers siècles.
Une activité qui relevait du simple divertissement, un détour ou détournement.
Comme toujours , l’écriture cursive avait stoppé cette “souvent-inanité”. Mon Dieu, il pensait !
Non, il ne s’était pas ennuyé depuis que la vie s’était quasiment arrêtée. Même, il s’était habitué à l’enfermement, au point qu’il se demandait comment cela se passerait, lorsque le monde – lui compris – retrouverait sa totale liberté de mouvement, tout au moins celle qu’assurent, paraît-il, les droits de l’homme.
Un nouveau coup d’œil à la fenêtre : toujours ce soleil insolent. La nature , en son printemps, n’avait cure des comportements de l’Humain. À peine avait-elle remarqué les soubresauts alentis des attitudes dudit.
Comme toujours, les mots alignés lui apportaient la joie, une sorte de vérité plus profonde que le matériel, même s’ils en procédaient eux aussi. Mais pas que. Les mots sont également la transcendance, l’expression d’une pensée. Il n’aurait pas dû abandonner la plume aussi longtemps. Le confinement avait fini par le ramener à cet accord avec lui même.
Un dernier regard par la fenêtre : l’éclat doré du soleil commençait à peine à faiblir.
Lire la suite « Écrits de confinements : avril-mai 2020 »

La mare d’avril (poésie)

Un poème écrit l’an dernier, en avril… Puisse l’embellie pressentie se produire !

 

Contraste entre les bancs de tulipes inflorés

Et mare d’avril, comme dépouillée,

Largement couverte d’une croûte marron

Qu’identifier on ne sait : feuilles mortes, algues ou chatons.

L’eau a le tout imbibé

En bouillie saumâtre indifférenciée.

——————————

Effrayés, les canards ont fui ;

Même la cascatelle semble tarie…

Eh non, elle hoquette seulement son débit.

L’atmosphère est en point d’interrogation,

L’air ambiant agresse, vaguement nauséabond.

———————————————–

Oh à peine, le lieu reste paisible ;

Aux ramilles les oiseaux chantent printemps.

Une brise fraîche rappelle cependant

Qu’avril précède l’été-cœur de cible.

——————————————–

Le soleil perce les nuages fugaces

Qui roulent gris quelques menaces.

Mais même en laideur relative

L’endroit garde mon attirance vive.

L’Arlésienne de Tidbinbilla- Roman-Henri Girard (note de lecture)

Une quête sentimentale au coeur d’une bouffée de gaz hilarant

(blog de l’auteur)

La quatrième de couverture :
L’enterrement pour le moins abracadabrantesque de son grand-père, tout comme un subit « coup de grisou » pour une châtelaine bizarrement accoutrée ; une substitution de cadavres ainsi qu’un orgasme dans une mare aux canards, sont pour le narrateur l’occasion d’un retour sur lui-même qui le lancera sur les traces de cette intrigante Arlésienne qui, quelques années plus tôt lui a donné un fils, conçu lors d’un bal costumé, avant de disparaître de son existence.

Lire la suite « L’Arlésienne de Tidbinbilla- Roman-Henri Girard (note de lecture) »

D’eau et de vie – recueil de poésie

Voici mon douzième opus, tout juste paru ; il s’agit cette fois de mon deuxième recueil de poésie, « D’eau et de vie ». Il sort aux éditions LC, deuxième ouvrage de moi chez cet éditeur.

Pour le présenter, je reprendrais d’abord la préface de l’auteur Odile Lecouteux :

  »  L’écrivain Claude Colson nous invite à cheminer dans les couleurs du kaléidoscope de son existence.  

Dans son  recueil «  D’eau et de vie », la lecture  nous conduit  au parc ( «  … D’abord m’assaille l’odeur de sous-bois émanant du tapis dense et mordoré des feuilles qui jonchent une terre devenue presque invisible « ), fréquemment au bord  de la mare dans tous états et au lac. Lire la suite « D’eau et de vie – recueil de poésie »

Chemins croisés, récit, réédité

Bonjour à tous,

Une bonne nouvelle : après une première vie dès 2014 aux éditions de la Rémanence, « Chemins croisés » renaît aujourd’hui aux éditions Bernardiennes, à texte identique.

C’est, en littérature, un tombeau ; j’y rends hommage et fais revivre un ami qui a accompagné mon parcours, parfois avec intermittences, soixante années durant.

Cet ami a brutalement disparu  et le choc engendré a fait naître cet ouvrage. Pierre réapparaît donc ici dans des moments heureux que nous avons partagés entre 1950 et 2002 : quatre cents coups de l’enfance et de la jeunesse notamment. Le texte a  également un fort aspect sociologique sur la vie à cette époque dans les grandes plaines du Nord, où nous avons vécu.

Je n’ai pas voulu que ce soit un livre triste car Pierre était avant tout la gaieté. Le seul moment triste est le poème que j’ai mis en exergue et composé lors d’une visite sur sa tombe. Ensuite, c’est la vie qui prévaut !

« Chemins croisé »s est une ode à l’amitié et, dans son final, une réflexion sur le sens de l’existence.

Bonne lecture à ceux qui voudront le découvrir.

L’avis d’une lectrice , GL :

« Oui l’amitié c’est la vie… Dans Chemins croisés, Claude Colson relate le cours ordinaire d’une enfance ordinaire, dans le Nord de la France. Une enfance comme nous avons, pour la plupart d’entre nous, de sa génération, connue. Oui, mais cette enfance-là est extraordinairement précieuse et unique, puisque c’est la sienne, et que nous y recherchons aussi, la nôtre. Claude Colson réanime avec humanité, sans mièvrerie, sans nostalgie non plus, sans propos langoureusement passéistes, les lisières d’un temps heureux. Une impérieuse nécessité de dire le ciment qui fonde les liens profonds d’une amitié qui n’échappe pas à ses limites, ses inévitables blancs, insouciances et manques. Car, si l’amitié est permanente et chaleureusement intense hors la nécessité d’une proximité régulière elle peut être, aussi, insuffisante et impuissante à colmater des désespoirs. C’est par amitié, qu’il faut en accepter la douloureuse limite.
Claude Colson décrit avec simplicité des sentiments profonds et inaltérables qui réveillent notre sensibilité. Comme à son habitude, il nous livre un écrit court et concis mais qui donne longuement à faire rêver et réfléchir. »

100 pages, prix public : 12 euros, auprès de l’auteur, monilet@wanadoo.fr, ou aux éditions Bernardiennes.

Deux nouvelles sorties de livres

Le début d’année s’avère prolifique : il va voir paraître très prochainement d’une part un deuxième recueil de poésies, aux éditions LC ; « D’eau et de vie »

Il contient des poèmes tournant tous autour du thème l’eau (aquarium, rivière, lac et surtout la mare qui m’est chère, avec plus de quarante pièces consacrées) Lire la suite « Deux nouvelles sorties de livres »

L’amie prodigieuse I, Eléna Ferrante (note de lecture)

L’histoire : (wikipédia)

L’histoire raconte l’enfance et l’adolescence d’Elena Greco (Lenù), dans un quartier populaire de Naples. Le roman développe notamment longuement la relation d’amitié de l’héroïne avec Rafaella Cerullo (Lila). Les deux jeunes amies sont toutes les deux douées pour les études, mais seule Elena sera en mesure de les continuer, la famille de Rafaella ne pouvant les payer. L’intrigue se déroule dans le décor de Naples des années 50, avec une vision des événements historiques à travers les yeux des personnages.

La saga comporte quatre volumes […] Lire la suite « L’amie prodigieuse I, Eléna Ferrante (note de lecture) »

Un malaise inattendu

(Peut-être d’actualité en ces temps de grève SNCF)

 

Un malaise inattendu

(extrait de « Saisons poétiques en train, éditions Bernardiennes)

Ce matin, aux stations, le train s’arrête beaucoup plus longuement que d’ordinaire. D’interminables minutes. Et c’est l’anormal, le figé. Comme si la vie était sortie de son lit.
Chez les voyageurs on devine alors une sorte de sourd malaise. On se regarde furtivement ; après tout, on ne se connaît pas. On pense pourtant à peu près la même chose. Vite détourner les yeux. Comme si de rien. Lire la suite « Un malaise inattendu »

La mare, pour Bruno. (poésie)

Bruno Krol, un ami auteur de talent, peintre et poète, nous a subitement quittés. J’ai eu le bonheur de le rencontrer une fois. Je n’ai pu que lui consacrer la 54 ième pièce de ma collection « La Mare », sur atramenta.net ( ici https://www.atramenta.net/collections/la-mare/1578-913?page=1&start=0%20ICI)

La Mare, pour Bruno.

Tu es parti, l’ami,

Tu ne liras plus ces mots,

Mais la mare ne t’oublie

Et te salue, là-haut.

 

Elle s’est vêtue d’octobre,

Sa lumière est ternie.

Sur son bord, étonnant,

À mon approche à pas lent,

Majestueux, surprenant, Lire la suite « La mare, pour Bruno. (poésie) »