Pensées au fil de la plume, entre deux dédicaces

Auteur d’une quinzaine de livres déjà, il se demandait pour l’heure d’où venait ( pour lui ? ) l’envie d’écrire.

Était un simple désir narcissique ? À soixante-treize ans et plus de de vingt-trois ans de confrontation avec le monde de l’édition, il pensait ne plus en être là. Envie de dire le monde peut-être de dire UN monde. Il sentait obscurément que cela allait au-delà de sa personne, une sorte d’objectivation de la pensée qui la rendait éternelle en quelque sorte, inaccessible à toute vicissitude, un bloc pérenne dont il ne percevait pas l’utilité, si tant est qu’il en ait une.

Pour lui cependant, c’était une nécessité, un acte qui donnait sens à sa propre existence ; Contradiction ? Retour à soi en voulant en sortir ? Rien n’était clair et pourtant… il écrivait ces lignes. Lire la suite « Pensées au fil de la plume, entre deux dédicaces »

Dura lex sed lex

Dura lex sed lex

(image pixabay Ezequiel_octaviano)

Un brin de méditation : mes soixante-treize ans sont révolus depuis quelques mois et j’ai envie de m’attarder sur ce fait, un peu stupéfait, sans amertume. Lire la suite « Dura lex sed lex »

Quand la tarte se fait madeleine…

Quand la tarte se fait madeleine, la tarte au libouli.

Après une visite de quelques jours – énormément appréciée, comme toujours – aux confins de mon Cambrésis natal, une région qui reste mon pays de cœur dont je me suis « éxilé » il ya près de 35 ans, quelques idées me furent remises en tête.

Il m’a été impossible de trouver sur place la fameuse tarte au libouli ( lait bouilli) que je dégustais dans mes enfance et jeunesse. C’est certes une spécialité de la région Nord, mais apparemment plus du Pas-de-Calais et du Boulonnais en particulier. (L’autre grande variété de mon enfance là-bas était la tarte au sucre, tartochuc, et la tarte aux pruneaux, tartaprones.) Lire la suite « Quand la tarte se fait madeleine… »

Anecdote en séance de dédicaces

Dernièrement, j’essayais d’intéresser les clients d’un hypermarché à mes écrits. J’avise à un moment un homme qui observe attentivement mes livres d’un peu loin. Air effacé et allure sympathique.

Je l’interpelle et il s’approche ; d’emblée il me déclare être scientifique et ne pas lire de livres de littérature. Mais il est curieux et s’intéresse à chacun de mes treize livres, de sorte que s’ensuit une discussion intéressante sur leur contenu,, l’écriture, d’ autre sujets etc.

Au moment de s’éloigner, il réitère, désolé, sa non-lecture de ce type de textes (romans courts, nouvelles, poésie, récits vécus). Contrairement à mon habitude et sentant le terrain « fragile », j’ose insister d’un « Même pas une petite nouvelle à 4 euros pour découvrir mon écriture et me faire plaisir ? » Lire la suite « Anecdote en séance de dédicaces »

Historiette : un contretemps

(contrainte de rédaction : 20 minutes) 

Raphaël venait ce week-end-là à Reims pour y disputer le tournoi de tennis local. Une compétition sans prétention, eu égard à son niveau de joueur haut classé, mais c’est dans cette ville que demeurait sa compagne du moment, Myriam, que ses obligations lui laissaient peu voir. Il avait rencontré cette jolie brunette l’été précédent et depuis, sentimentalement, il faisait avec elle un bout de chemin, chemin trop court à son gré, par la force des choses.

Tout commença au début de ce voyage. Il avait loué une voiture et, parti très tôt, il traversait une forêt au bout de deux heures de trajet, lorsqu’il rata un virage. Son véhicule s’écrasa contre un arbre ; distrait, il n’avait pas mis sa ceinture de sécurité et il fut éjecté, perdant connaissance quelques instants. On était en automne, le sol était humide. Quand il reprit conscience, il sentit comme un gratouillis Lire la suite « Historiette : un contretemps »

Willy, dix ans plus tard

Un texte du 13 août dernier :

 

Willy, dix ans plus tard

 

Nous étions de “la classe”,

Nés tous deux en 49.

Tu fêterais aujourd’hui tes soixante-douze printemps,

S’il y a dix ans tu n’étais parti,

Comme tu l’as alors choisi. Lire la suite « Willy, dix ans plus tard »

L’atelier des petites robes noires- Annie Pétrel-Mathieu, éditions aeth, note de lecture

L’atelier des petites robes noires – Annie Petrel-Mathieu (éditions A et H, alias aeth)

Deuxième livre de cette auteure que je lis (après La fille aux parapluies) et encore avec plus de plaisir.

Une jeune femme, Leya, en plein questionnement prend du recul durant une semaine, en bord de mer.

Ses rencontres ainsi que la complicité des femmes qu’elle y trouve l’aident à prendre sa décision.

Un texte empreint de parfums, de fleurs et de tissus : une atmosphère joliment féminine,

À la fin, quatre couples se forment ou se reforment, après hésitations et ratages.

Le livre se déroule en sept journées et s’articule en tranches de vie qui font progresser l’intrigue.

Une lecture, au final, optimiste, servie par une écriture toute en légèreté, poétique, avec des accents parfois oniriques.

Un livre délicat qui fait du bien ; aussi aux messieurs ;). À conseiller.

L’amie prodigieuse I, Eléna Ferrante (note de lecture)

L’histoire : (wikipédia)

L’histoire raconte l’enfance et l’adolescence d’Elena Greco (Lenù), dans un quartier populaire de Naples. Le roman développe notamment longuement la relation d’amitié de l’héroïne avec Rafaella Cerullo (Lila). Les deux jeunes amies sont toutes les deux douées pour les études, mais seule Elena sera en mesure de les continuer, la famille de Rafaella ne pouvant les payer. L’intrigue se déroule dans le décor de Naples des années 50, avec une vision des événements historiques à travers les yeux des personnages.

La saga comporte quatre volumes […] Lire la suite « L’amie prodigieuse I, Eléna Ferrante (note de lecture) »

Bientôt deux nouveaux livres

Bonjour les amis,

Celles et ceux qui me suivent savent que mon 11 ième livre, une novella de 50 pages (« Chronique d’un amour fou » – éditions Bernardiennes, ex première partie, abrégée, de mon premier livre), tarde à arriver jusqu’à moi depuis aujourd’hui 47 jours, suite à des aléas postaux, mais l’espoir est permis. D’ici 2 semaines sans doute ou 3 au plus, croisons les doigts.
Je vous annonce ce jour la signature d’un contrat avec les éditions LC, qui éditent déjà l’un de mes romans, pour un nouveau recueil de poésie (12 ième livre) que j’ai intitulé » D’eau et de vie ». Parmi les genres que je pratique (romans courts, novellas, récits, poésie, celui-là m’est particulièrement cher ; c’est peut-être celui qui correspond le mieux à mon tempérament en écriture.
Je viens naturellement de prévenir du contrat les autres éditeurs auxquels j’avais soumis ce texte

Vous aurez d’autres informations en temps utile.
Je vous remercie.

Ma mare en mai (poésie)

Une pièce de plus à ma collection  « La Mare », sur atramenta.net :

La mare sombre reflète les verts variés

De la ceinture d’arbres qui l’entoure, serrés.

L’air ? Immobile, en ces premiers jours de mai.

Les cimes tremblent à peine sous le ciel tel un dai.

Son bleu est traversé d’étranges nuées blanches, en lamelles.

Denses, inclinées, elles semblent une dentelle.

Lire la suite « Ma mare en mai (poésie) »