Fin août la mare encore (poésie)

Fin août, la mare encore

 

Des mois qu’elle m’attendait.

Soleil absent, lumière filtrée.

Tout, ce jour-ci, est tamisé ;

La voici, avec d’autres attraits.

 

Comme chaque année, en cette saison Lire la suite « Fin août la mare encore (poésie) »

Mini-suite haut-jurassienne

Mini-suite haut-jurassienne.

Dimanche :

Séjour de vacances dans une vieille ferme comtoise, près de la frontière suisse. La journée fut torride, 30°. Le soir venu, nous cherchons la fraîche, à l’ombre devant la demeure. Sur le pré : une table et quelques chaises qui invitent à ce moment de repos. Une agréable petite brise vient nous rafraîchir. Le feuilles du bouleau bruissent gaiement. Les alpages sont encore inondés d’un soleil généreux. Lire la suite « Mini-suite haut-jurassienne »

Amorce de changement sur la mare

Avril, cette fois, s’affiché été.

Au banc, je grille, manches relevées.

L’air est immobile et chaud,

Je desserre le foulard ; de chaleur, trop.

—————————————-

La mare a des eaux verdâtres-marron,

Ce n’est pas triste nonobstant le ton.

Au bord du bassin une cane surveille ses petits,

Boules de plumes nageotant autour, à l’envi.

Presque aucun bruit ne rompt de silence,

En paix, elle contemple son engeance.

———————————

D’autres canards , par couple, à peine bougent,

Femelles grises, mâles aux pattes rouges.

Joyeuses, les premières trilles s’élèvent,

Célébrant belle saison, fille d’Ève.

——————————————

Même on n’entend le murmure de la source,

C’est le grand calme : ici je me ressource.

(21/04/2022)

Mare en novembre, à la vêprée

 

(Texte de 2014)

En cette fin de journée, je descends à la mare, sans projet. Dans une heure trente, il fera nuit. Et soudain, il faut écrire. Heureusement j’ai toujours sur moi le nécessaire.

Il est là, en majesté, l’automne.

La surface est presque entièrement couverte d’un tapis de feuilles dorées, tout comme le surplomb du petit belvédère en bois vermoulu, dont des barrières interdisent l’accès. Doucement, il agonise.

Tranquilles, les colverts nagent lentement. L’un d’eux fait le poirier, en quête de nourriture pendant que d’autres mâles promènent la superbe de leur tête aux reflets irisés.

Des corbeaux croassent, tandis que retentissent dans le lointain les détonations-menaces de chasseurs.

Plus de soleil, à cette heure : lever les yeux, voir la merveille de cette féerie de jaunes et teintes ambrées. Bonheur.

Le jour décline et l’eau, peu profonde, est sombre. Entourée de toute cette magnificence, elle a des reflets roux, rétroéclairée par les feuillages immergés qui tapissent son lit.

Dommage qu’à ce moment je sois seul en ce lieu pour admirer tant de beauté.

Rando dans les Alpes

Samedi 24 juillet 2021.

Départ de la station pour une balade au haut. Montée par le télésiège, puis une heure trente à crapahuter, au final, par le sentier des crêtes pour parvenir à la croix et pointe de l’Ouillon, à 2431 mètres.

Le vent se déchaîne et vous glace malgré le soleil intense ; pull et coupe-vent sont de rigueur.

Devoir rattraper le chapeau qui, malgré le cordon d’attache serré au maximum, s’envole à tout bout de champ, laissant ses rebords se rabattre violemment sur votre visage.

Fatigue ; il faut tenir, dans les derniers raidillons.

Enfin la Croix marquant le sommet vous accueille et vous permet de souffler un peu. Lire la suite « Rando dans les Alpes »

Claude Colson : un treizième livre.

Ce vendredi 16 juillet est le jour de la parution officielle de ma deuxième nouvelle isolée (après Chronique d’un amour fou sorti il y a deux ans aux éditions Bernardiennes – 8000 mots).

Ce sont cette fois les éditions Lamiroy (B) qui publient aujourd’hui L’acte d’Elsa, dans leur collection Opuscule.

Comme nombre d’entre vous savent, j’écris dans plusieurs genres littéraires : poésie, roman court, nouvelle, récit de vie.

L’acte d’Elsa était à l’origine un texte beaucoup plus court encore (le court, toujours le court, qui reste ma marque de fabrique, avec peut-être la sensualité, du moins m’a-t-on dit un jour). J’ai dû l’étoffer pour me conformer aux exigences de la maison d’édition (5000 mots), tout en gardant – bien entendu – le cœur de l’histoire. Lire la suite « Claude Colson : un treizième livre. »

Balade matinale au lac

Balade matinale au lac

9h30. Le lac s’éveille. Ce ne sont que criaillements d’oiseaux.

Malgré le soleil encore faible de cette fin d’aout, il règne une

agréable fraîcheur.

Impression de début du monde ou tout est possible.

Les cris d’oiseaux sont très divers, tout comme leur faune en

ce lieu.

Sur une minuscule plage enserrée dans les arbres, un

troupeau de canards paresse tout en bougeant sans cesse Lire la suite « Balade matinale au lac »

Lac en courroux passager (poésie)

 

   Un poème extrait de mon recueil « D’eau et vie », paru en février 2020 aux éditions LC.

Jour d’été sans soleil,

Le lac est gris ;

La joie l’a fui.

Le vent pousse vers moi des vaguelettes

Les ridules parallèles ; masse imposante Lire la suite « Lac en courroux passager (poésie) »

La mare en habit de fête

   Voici la cinquante-neuvième pièce que je consacre à cette mare, source inépuisable de mon inspiration.

Ces textes sont essentiellement poétiques , mais il s’y glisse quelques textes en prose; Vous pouvez retrouver l’ensemble ici (les plus récents cités en premier) : https://www.atramenta.net/collections/la-mare/1578-913

Novembre. À cette heure

Tu es mare en splendeur. Lire la suite « La mare en habit de fête »

Mare de fin août (poésie)

dav

Pause en retour de balade.

Mare de fin août

À l’air bien doux,

Tu guérirais toute âme malade.

 

Pour moi il n’en est rien.

Reste ce lieu serein,

Tout y est quiet

Même famille canards n’a bougé

À mon passage, à un mètre, sur le sentier. Lire la suite « Mare de fin août (poésie) »