11 heures 31 (mini-nouvelle)

        11 heures 31

 

     Il est 10 heures 37. Dans la gare, Benoît regarde le tableau d’arrivée des trains. Non, pas encore d’annonce… Au bout de son bras ballant, un bouquet de fleurs rouges.

Il fait froid dans le hall. Benoît s’avance vers le buffet et commande un café noir.

« Bien chaud, surtout » dit-il.

Le garçon, surpris, préchauffe la tasse avec l’eau et la vapeur sous pression du percolateur.

Des gens discutent, tranquillement attablés. À leurs pieds, des sacs, des valises avec étiquette : LD, OR, CDG, IST… Quelques personnes paraissent très animées : il va bientôt y avoir des élections.

Des bribes de conversations parviennent aux oreilles de Benoît : Lire la suite « 11 heures 31 (mini-nouvelle) »

Îvre de rêve (poésie)

À nouveau Brétigny,

La gare, le R.E.R. meurtri ;

Il a repris son train train, se cambre,

En atmosphère de septembre.

———————————

Un peu las, je lis :

Kerouac explique le Beat.

J’apprends ; c’est important.

———————————-

Soudain, les yeux au ciel

Lire la suite « Îvre de rêve (poésie) »

Transport matutinal (train de pensées, en train)

2014-12-23 saisons poétiques 2 001 (338x450)

Cette méditation est extraite de mon recueil poétique « Saisons poétiques en train » – ed. Hugues Facorat, 127 pages, 13 euros. Il comporte des poésies (80) et 20 textes courts en prose.

TRANSPORT MATUTINAL

 

   L’heure est grise en ce petit matin de fin d’automne.

Peu à peu sortent de la nuit les silhouettes des éléments qui composent le monde. Progressivement ils reprennent contours. L’univers des voyants devient à nouveau ce qu’il est.

      Aux gares le train repartant caresse d’abord toutes ces choses avant de plus tard les transpercer à pleine vitesse, indifférent. Lire la suite « Transport matutinal (train de pensées, en train) »

Voyage en train (mini récit)

12577384-0

Cette méditation est extraite de mon recueil poétique « Saisons poétiques en train » – ed. Hugues Facorat, 127 pages, 13 euros. Il comporte des poésies et quelques rares textes en prose.

De la fenêtre du train se laisse admirer l’immense écrin de verdure où, sous le soleil matinal du printemps, une multitude de façades blanches, toutes petites de par la distance, accrochent la lumière.
Elles paraissent serrées les unes aux autres pour se garantir des derniers frimas de la nuit.
Aligny. La station atteinte laisse monter une file de voyageurs, tous en quête d’une place assise.
Leurs visages semblent las tandis qu’indifférents aux regards, le menton légèrement levé, ils se dirigent vivement vers le siège convoité, qui en plein soleil, qui au contraire à son abri. Moi en pareil cas c’est l’ombre.
La promiscuité, soit, on s’habitue, mais dans la touffeur, non……
Et la rivière à présent de dérouler ses souvenirs. Le vert de l’eau le cède soudain à l’acier des rails voisins. Tout est couleur rouille, puis marron- rouge, celui des wagons de marchandises. Bientôt le vert tendre des parterres cultivés reprend le dessus.
Je détourne le regard de ces touches colorées. D’ailleurs le train entre dans le souterrain.
Reste la beauté de cette fille pâle aux longs cils charbonnés. Il me semble la connaître.
Le train s’est arrêté, elle descend.
Toute ma vie est aujourd’hui, à cette heure, dans ces impressions que je tente d’exprimer et de retenir.
Qui entrera dans ces pensées ?
Même si personne ne le faisait, une vie se serait déroulée.

http://www.hfedition.com/saisons-poetiques-en-train-claude_colson-c2x15489734

 

7h20 en banlieue (parisienne)

bus travail

L’un des 20 petits textes en prose qui, avec 80 poèmes, composent mon recueil « Saisons poétiques en train », paru en déc. 2014 aux éditions Hugues Facorat. http://www.hfedition.com/saisons-poetiques-en-train-claude_colson-c2x15489734

(En partance pour le turbin…)

Le bus est ordinaire, trivial. Il est plein.
Des gens assis, d’autres debout. Direction : la gare.
Le jour n’est pas levé.
Les passagers debout dans l’allée sont ballottés au gré des cahots. Passablement de Blacks, pas que. Un quart environ.
Ici une casquette de travers, là quelqu’un baille, la bouche grande ouverte. Non, c’était le même.
Tous se ressemblent, tous se taisent. Les yeux se cherchent, se fuient. Lire la suite « 7h20 en banlieue (parisienne) »

Train de questions (poésie)

train question3 (255x197)

Le train retrouvé démarre.

Vite un sourire me monte aux joues

Quand, dans un joyeux tintamarre,

Fonce la voiture, de toutes ses roues.

 

Les maisons blanches rient

Aux lointains ensoleillés.

La nature, toute, sourit

En fraîche mars-matinée. Lire la suite « Train de questions (poésie) »

Le train

   train

Ce poème fait partie de mon recueil « Saisons poétiques en train », paru en déc. 2014 aux ed. Hugues facorat (ci-contre: livre 8). Je présenterai  ce livre, entre autres, samedi 12 mars après-midi au salon de la dédicace de Melun (77) , Espace Saint-Jean.

Rappel: je dédicace le roman « Deux, Pair et manque » (ci-contre, livre.9), jeudi 17 mars de 11h à 14h au salon du livre de Paris, stand C 14, éd. Langlois Cécile.

Le Train

Immobile est ton corps
Au serpent qui se meut
Et, peut-être pour s’accorder au décor,
Ton esprit aussitôt s’agite aussi un peu.

C’est le temps retrouvé qui veut vaincre l’inaction,
Te fait coucher les mots, telle une apparition.
Lors un univers surgit
Où tout est féérie,
Tentative de beauté :
Un monde s’ouvre, à tes pieds. Lire la suite « Le train »

Petit voyage en train d’automne

Jeudi d’octobre comme décembre,

Le froid saisit, tout engourdit.

Suis heureux d’atteindre la voiture

Du train de banlieue qui ne reluit.

Elle coupe au moins le vent-froidure,

Se croyant presque douillette chambre.

——————————————-

Ce n’est pas la nuit, pas même le jour,

Dehors alentour tout est gris.

Le ciel bas dispense l’ennui,

Guettant du beau temps le bonjour. Lire la suite « Petit voyage en train d’automne »

Café littéraire

12577384-0

Si ce vendredi 11 septembre vous êtes du côté de Brétigny sur Orge (91), 20 heures, office du Tourisme,passez écouter cette présentation de mon recueil de poésies (surtout) et réflexions « Saisons poétiques en train, voyages au fil de la vie ».

Je laisse Gisèle Leconte, auteur , vous le présenter :
 » Tout banlieusard en sait long sur la grisaille du RER, ses odeurs de fer rouillé et de salissures, ses ensommeillements du petit matin, ses lassitudes du soir, ses moiteurs exécrables, tout banlieusard connaît cette locomotion fort peu encline à la contemplation et à l’extase. Pourtant, Claude Colson, le poète au cœur tendre et au regard en éveil, transforme nos allers-retours quotidiens, en une balade colorée, suave et sensuelle,
Voyage entre l’au-dehors de derrière la vitre qui renvoie l’écho normatif de l’agitation des saisons et l’épicentre en interne des voitures, où chacun semblable à l’Autre, se recroqueville,en face à face. Les vies, les rêves, les sentiments, les émotions, de ces Autres que l’on reconnaît au fil des stations sans se connaître jamais…Mais toujours la beauté présente !
Ce recueil est magnifique de sensibilité, de réalisme, tout voyageur de RER s’y reconnaîtra !
C’est un très beau recueil à découvrir . «