Îvre de rêve (poésie)

À nouveau Brétigny,

La gare, le R.E.R. meurtri ;

Il a repris son train train, se cambre,

En atmosphère de septembre.

———————————

Un peu las, je lis :

Kerouac explique le Beat.

J’apprends ; c’est important.

———————————-

Soudain, les yeux au ciel

Et magie, c’est presque féerie !

Dans le gris vaporeux une trouée orangée

Laisse paraître une lumière voilée

Se délitant en nuances d’éclats à ses bords effrangés.

 » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » »’

C’est assez pour valider la vie,

Contrepoint de beauté à la misère des jours

Se succédant parfois avec un rythme lourd.

———————————–

Déjà en esprit le rêve a jailli,

Assez fort pour illuminer une journée,

Tout comme font d’un bon cru une ou deux gorgées.

Il donne, modeste, têtu, quelque raison

De vivre à l’Homme, ce fétu ; ce larron !

2 réflexions sur “Îvre de rêve (poésie)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s