Anecdote en séance de dédicaces

Dernièrement, j’essayais d’intéresser les clients d’un hypermarché à mes écrits. J’avise à un moment un homme qui observe attentivement mes livres d’un peu loin. Air effacé et allure sympathique.

Je l’interpelle et il s’approche ; d’emblée il me déclare être scientifique et ne pas lire de livres de littérature. Mais il est curieux et s’intéresse à chacun de mes treize livres, de sorte que s’ensuit une discussion intéressante sur leur contenu,, l’écriture, d’ autre sujets etc.

Au moment de s’éloigner, il réitère, désolé, sa non-lecture de ce type de textes (romans courts, nouvelles, poésie, récits vécus). Contrairement à mon habitude et sentant le terrain « fragile », j’ose insister d’un « Même pas une petite nouvelle à 4 euros pour découvrir mon écriture et me faire plaisir ? »

Il cède pour la deuxième raison et me prend « Chronique d’un amour fou », l’une de ces nouvelles. Je lui dit en souriant et à demi contrit  » Je vous force un peu la main, ce n’est pas bien ».

Alors que les retours de lecteurs sont finalement assez rares, je reçois deux jours plus tard ce mail qui achève de me déculpabiliser :

« Bonsoir, Monsieur Colson,
Je viens de lire votre nouvelle, et je souhaite vous féliciter pour votre écriture, quoique je ne sois qu’un simple et maigre lecteur.
Ça m’a fait plaisir de lire un peu autre chose qu’un ouvrage technique lié à mon métier.
Ça m’a rappelé une bien lointaine de mes lectures, le Rouge et le Noir, ainsi qu’une relation de quand j’avais vingt ans.
Ça me donne envie de relire ce cher … comment s’appelle-t-il déjà ?… Stendhal, c’est ça. « Les grandes chaleurs arrivèrent. », une phrase au début d’un chapitre du Rouge…
Enfin, bref, à vous lire j’ai ressenti cet agacement envers la femme aimée passionnément, intérieurement torturée par une mystérieuse complexité qui lui fait faire terriblement souffrir, malgré elle, celui qui l’aime tant.
Tristesse aussi de savoir l’autre femme délaissée, mais ça fait partie de l’histoire, tout en restant à l’écart de celle-ci.
Encore merci pour la dédicace !
Au plaisir peut-être de vous recroiser.
(signature) »
   Quel bonheur d’avoir pu rendre le goût de la lecture et de la littérature à ce sympathique client de l’hypermarché ! Il dit aussi revenir peut-être à ma prochaine séance dans ce lieu.

8 réflexions sur “Anecdote en séance de dédicaces

  1. Coucou Claude, je trouve cette anecdote savoureuse !
    Ainsi, tu fais maintenant les têtes de gondoles ?!
    Bravo de ta pugnacité, en tous cas !
    Bien amicalement,
    Daniel

    J’aime

  2. Hello, Daniel ; il y a de quoi se gondoler (je blague),, mais – sérieux – je présente mes livres dans des hypers généralistes ( pas les fnac et cultura, trop gourmands) et sais-tu que j’y fais plus de 4 fois de ventes, en moyenne et à chaque fois, que dans les salons du livre ?

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s