Lac en courroux passager (poésie)

 

   Un poème extrait de mon recueil « D’eau et vie », paru en février 2020 aux éditions LC.

Jour d’été sans soleil,

Le lac est gris ;

La joie l’a fui.

Le vent pousse vers moi des vaguelettes

Les ridules parallèles ; masse imposante

Impressionnant mon attention frémissante.

Regroupés a l’extrémité arborée,

Sous l’œil du héron altier,

Oies et colverts semblent en refuge

Pour échapper a quelque sournois subterfuge.

Puis de voguer en file vers leur but

Insoupçonné, lointain, ambigu,

Jusqu’à devenir points insignifiants.

Plus près, le saule agite ses vastes rameaux tombants

Sous la bise forte, allants et venants.

Au loin, sur la route, vrombissent les moteurs a l’envi.

Ici, c’est le calme, la nature, la vraie vie.

Mais la pluie menaçante, gonflant le ciel,

Me pousse vers l’abri, regrettant déjà cet havre, bel.

https://editionslc.fr/produit/claude-colson-deau-et-de-vie-editions-lc-f

(image pixabay MAK 1950)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s