La tête de l’emploi -David Foenkinos (notule de lecture)

Le livre

(Babelio) À 50 ans, Bernard est persuadé que sa bonne petite vie tranquille se déroulera ainsi jusqu’à la fin de ses jours. C’est sans compter sa femme, qui décide d’un coup de divorcer, et la crise, qui lui fait perdre son emploi. Sans logement, sans argent, incapable d’avouer son chômage à sa famille, il n’a d’autre alternative que de retourner vivre dans sa chambre d’adolescent, chez ses parents. Ceux-ci ne semblent pas réjouis de recueillir leur unique rejeton, qui trouble leur vieillesse paisible. Jusqu’à ce que Bernard rencontre la fille d’un quincaillier, aussi perdue que lui…
Comment trouver sa place dans un monde en crise, quand on n’est ni très jeune, ni très beau, quand, finalement, on ne désire que le bonheur ? Un destin d’aujourd’hui, une histoire drôle et mélancolique.

L’auteur

‘Amazon) « Romancier, scénariste et musicien, David Foenkinos est né en 1974. Auteur de treize romans traduits en quarante langues, il a notamment publié aux Éditions Gallimard Le potentiel érotique de ma femme, Nos séparations, La délicatesse, Les souvenirs et Je vais mieux. En 2011, il a adapté au cinéma avec son frère son livre La délicatesse, avec Audrey Tautou et François Damiens.

© C.Helie – Gallimard »

Ma lecture

Difficile de vous en dire beaucoup; (Ça commence mal 🙂  ) Elle remonte en effet à plusieurs semaines et je n’avais pas pris de notes. Je me souviens d’un style agréable et limpide, d’une bonne observation de la vie des petites gens et de beaucoup, beaucoup de sourires car – comme on dit, le malheur des uns… –  Le livre se termine d’ailleurs par un éclat de rire, que le lecteur partage. Être malchanceux à ce point, quand même, faut l’faire ! On est heureux que ce soit le protagoniste qui rie en premier !
J’ai lu ce livre car précédemment et il y a bien longtemps, j’avais lu La Délicatesse, du même auteur, à une époque où je ne lisais quasiment plus et cela m’avait rendu le goût de la lecture ( je l’avais écrit à l’auteur qui m’avait gentiment répondu, c’est dire sa modestie) et même de l’écriture ( ça, je l’avais gardé pour moi).
je lirai donc d’autres livres de cet auteur de qualité, également profondément humain, ce qui est aussi ressorti de son dernier passage chez Busnel.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s