TERRE DE VOLCANS

 

   Voir, une fois encore, ce paysage aimé, une vaste étendue solitaire bordée de quelques maisons en pierre volcanique, aux toits de lauzes, bonheur !
Devant ces prairies d’alpage légèrement vallonnées d’où émerge çà et là le gris de quelques rochers bruts, le chaume est orné par endroits de timides fleurs sauvages que le vent vif courbe sans égards.
Au loin, fière et hiératique, se dresse l’imposante chaîne des Puys.
On est en juillet et, à ces hauteurs, il ne fait pas plus de 12 degrés. Venant de plus bas, je portais des vêtements d’été et ici je grelotterais presque. Mais la beauté de ce paysage m’attire irrésistiblement hors de la voiture. Il faut parcourir ce sol pour se sentir soi-même une part de cette nature qui incite à la modestie, celle qui vous envahit devant le grandiose, ce qui était là avant vous et subsistera bien après.
Comme toujours, la montagne a sur moi cet effet magique qui me met « en accord » et me tire un sourire de béatitude.
Si c’était ça, le bonheur, dans toute sa simplicité ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s