La joueuse (petit conte)

J’ai pris sans payer le train de nuit pour Hameln- RFA. On dit parfois aussi Hamelin.
En cette saison je pouvais encore espérer y voir du Maiglöckchen (muguet) mais ce n’était pas là le but de mon voyage.

Je m’étais dissimulée dans le wagon à bagages où il y avait sur divers niveaux de grandes plateformes. Si grandes que j’ai pu m’allonger sur la plage constituée par l’une d’elles, juste sous le plafond. Certes j’avais dû pratiquer un peu d’escalade, mais habituée aux 400 coups, ce ne fut pas un vrai problème.
J’avais même en son temps participé à mai 1968 ; c’est bien vieux tout ça. Sous ma plage actuelle il n’y avait plus de pavés, quoique…

Le voyage fut long ; je l’occupais à lire malgré le peu de lumière. Heureusement j’avais emporté ma lampe de poche. À part moi il n’y avait pas d’autres lecteurs clandestins.
Alors pourquoi Hameln, pourquoi en fraude, me direz-vous ?
Un pari, une gageure en quelque sorte et aussi un futur projet…
Je voulais voyager incognito, car mon statut d’auteur à succès, aussi connu que Guillaume Marsso, aurait bien vite contrecarré mon entreprise. La presse à scandale traquait mes moindres faits et gestes.

J’étais originaire de cette ville et avais promis à ma mère, sur son lit de souffrance avant son décès, d’un jour prendre le rôle de la joueuse de flûte et de ramener enfin les adolescents mâles dans la ville, peuplée depuis des siècles uniquement de filles et de femmes, ce qui finissait par devenir un tantinet lassant. Vous imaginez la vie qu’on y menait ?
Ah, j’ai oublié de vous dire : je suis un tout petit peu magicienne et ai le pouvoir de libérer les enfants prisonniers depuis des lustres et des lustres de la caverne du Koppenberg.
La presse ne doit pas être au courant tout de suite sinon c’en serait fait du futur succès du livre que je compte écrire ensuite à ce propos.

…Plus tard…..

La chose eut lieu comme prévu. Les habitants-femelles de la ville ne comprirent le pourquoi du comment « mais ils s’abandonnèrent, saisis, à l’essence de toute chose ».
(la dernière proposition, entre guillemets, est d’Aimé Césaire)

Une réflexion sur “La joueuse (petit conte)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s