Mini-promenade automnale

la mare automne

L’une des 22 pièces (poèmes et prose de  ma série La Mare (lien ci-dessous)

: http://www.atramenta.net/collections/la-mare/1578-913

MINI-PROMENADE AUTOMNALE

 

Je me dirige vers le parc et admire au passage, dans le lointain, les maisons sagement alignées sur les collines, serrant à leur cou leur écharpe de brume.

L’air est vif ; la route descend doucement. Bien vite, je suis à destination . D’abord m’assaille l’odeur de sous-bois émanant du tapis dense et mordoré des feuilles qui jonchent une terre devenue presque invisible.

Tout de suite l’œil est accroché par le mince ruban de mercure du ruisseau à contre-jour. Il n’est que miroitement mouvant. Plus loin, la mare, toujours revêtue de son uniforme vert de lentilles d’eau. Énigmatique, sournoise, même si vers le bord trône, immobile, un ballon d’enfant d’un bleu presque sombre et fluo, ocellé de noir.

Je suis seul ; il n’est pas encore dix-heures.

Délaissé, le toboggan est là,inutile, avec ses rampes multicolores : un Beaubourg rural. On entend le bruit d’un ruisseau canalisé qui, du haut de quelque rocaille artificielle que je sais là-bas, se déverse dans le plan. Un oiseau isolé survole l’ensemble en criaillant. Les trilles d’un congénère lui répondent dans le sapin, déclenchant une sorte de concert varié.

Soudain l’heure sonne à l’église du bourg. Toujours personne alentour ; l’humidité de la nuit recouvre les bancs ornés aussi de feuilles mortes clairsemées. Debout au bord de l’eau, j’écris, les sens aux aguets. Un observateur – heureusement absent – me prendrait pour un original ; qu’importe : quand l’écriture vous prend, elle prévaut !

Encore m’attarder un peu sur le mouvement d’une mère cane qui , caquetant, poursuit dans un grand battement d’ailes ses rejetons indociles et c’est déjà l’heure de rentrer, heureux d’avoir posé ces mots, d’avoir ajouté quelque chose au monde.

Au retour, me forçant à reprendre la plume, le soleil, perçant enfin les nuages moutonnants, frappe soudain l’or des feuilles, faisant naître un somptueux embrasement qui, hélas, bientôt s’éteint.

La nature joue les coquettes et moi, je peux poser le stylo.

 

2 réflexions sur “Mini-promenade automnale

  1. Comme quoi la nature est belle pour qui sait la voir, pour qui détient tous les pouvoirs de la sensibilité !
    En plus, une nature sans chasseurs ni bûcherons… Moi qui aime tant la nature et l’apaisement, je me suis senti en union de pensée, Claude, au cœur de cette promenade automnale.

    Amical salut

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s