Les trois âges (trilogie de J.-P. Taurel, paru aux EHJ)

les 3 âges

L’auteur : (source Amazon)  Médecin-Rhumatologue en région parisienne, le Docteur Taurel est né dans un petit village du Périgord dans le sud-ouest de la France. délivré d’une partie de ses obligations, il écrit le plus souvent dans son appartement perché en haut d’un immeuble, derrière la cathédrale Notre-Dame.
Ses romans, « Nous irons à Compostelle » « La marque du Lynx », « L’ombre du guépard » et « La blonde au chant d’arômes » sont disponibles sur les plateformes numériques et sur Amazon en version papier et numérique.
Les trois derniers romans, sont les piliers d’une trilogie « Les trois âges », mais chaque titre peut être lu séparément.
On peut aussi se les procurer sous forme « Bundle e-book » qui groupe les trois fichiers en numérique… et aussi en version papier.

Jean Pierre Taurel a donc écrit cette saga qui se déroule tout au long du 20° siècle, dans une Europe en pleine évolution :
1° La marque du Lynx, un roman à intrigues pendant les années 20, sur la Riviéra française. La joie de vivre d’un jeune couple franco-italien est assombrie par les tourments assénés par un maître-chanteur.
2°L’ombre du guépard situé entre 1933 et 1946. Ou comment une délicate pâtisserie Viennoise aurait pu changer la face du monde…
L’enfance heureuse d’un enfant trouvé endormi dans un carton qui deviendra beaucoup plus tard…gynécologue-accoucheur.
3° « La blonde au champ d’arômes » situé entre 1950 et 2000. Les tribulations d’un parfum qui court sur le cou d’une femme et la fatuité d’un homme envoûté par cette odeur…
Etre mené par le bout du nez, trouve ici sa plénitude!
Le lecteur peut choisir dans l’ordre qui lui plaît un des tomes car chaque titre est conçu pour être lu séparément.

Les 3 volumes : 

Présentation de « La marque du Lynx » :

Pour les deux gamins de Tende, petite ville de l’extrême sud-est de la France encore italienne en cette période d’après-guerre, rien n’est plus agréable que de chasser et de poser des pièges dans la vallée des Merveilles.
Ils connaissent parfaitement les graffiti de ce vaste territoire et savent, comme toute la population, que les rochers ont été gravés par leurs ancêtres de l’âge du Bronze. Devenus adolescents, ils sont frappés par leur ressemblance, et au village on sourit dans leur dos, car on sait…
Les Années folles battent leur plein sur la Riviera française, le champagne coule à flots sur la jetée-promenade de la magnifique baie des Anges, et rien ne laisse présager que la riche famille Leonardi, estimée de tous, devra bientôt affronter ses démons du passé, malgré elle.
Car ils vont être accablés par le Lynx, un maître chanteur pervers qui, derrière son anonymat, les pourchasse inlassablement. Sauront-ils le démasquer et l’empêcher de laisser encore une fois sa marque, cette fois de façon fatale ?
Dans cette première partie de la trilogie, c’est toute l’époque de l’entre-deux-guerres qui nous est fidèlement révélée, servant d’écrin aux aventures d’une famille dont l’histoire se mêle intimement à l’Histoire.

Présentation de « L’ombre du Guépard » :

Depuis dix ans, le dictateur haranguait les foules… on s’était habitué.
Depuis dix mois, elle se languissait sous les lambris de son appartement doré… c’était comme ça.
Depuis dix minutes, elle écoutait la petite fille qui lui parlait tristement sur une toile impressionniste de Mary Cassatt… elle n’y pouvait rien.
Lui, c’était depuis toujours : depuis toujours, une pensée le rongeait… il voulait tuer Hitler !
Il le savait, tous les colosses ont leur faiblesse, une fissure où il pourrait insinuer la lame libératrice de son obsession.
« L’ombre du Guépard », c’est l’itinéraire d’une pâtisserie qui aurait pu changer le monde et c’est aussi l’histoire d’un nourrisson oublié dans un carton, qui échappera à la rafle du Vel d’Hiv.

Présentation de « La blonde au “Chant d’arômes” » :

Ce soir-là, il observait l’assemblée avec un regard un peu triste. Cette nostalgie venait de loin. Il savait qu’il était un enfant trouvé, un nourrisson rescapé du Vel d’hiv.
Aujourd’hui, le temps avait passé et on le retrouvait accoudé au bar d’un appartement des Champs-Élysées, une coupe vide à la main. Il attendait celle qu’il aimait.
Il vit tardivement cette blonde coiffée d’un chignon qui l’accosta et lui proposa en souriant de remplir son verre. Comme s’ils se connaissaient depuis toujours, ils parlèrent sans retenue, rirent comme des enfants et s’abandonnèrent à la danse, avant de faire l’amour avec fureur.
Lorsque le remords le terrassa, il comprit la cause de sa folie passagère…
Cette fille d’un soir, cette lionne qui l’avait ensorcelé portait un parfum qu’il aurait reconnu entre tous, celui de la femme qu’il aimait et qu’il avait pourtant trahie… « Chant d’arômes », une senteur qu’il allait pourchasser pendant des années et qui ne le laisserait jamais vraiment en paix…

Ma lecture :

Une joie longuement nourrie :

C’est un peu par hasard que j’ai acheté cette trilogie d’un auteur que je ne connaissais pas et bien m’en a pris. Je me suis régalé longtemps de cette fresque dense et variée qui évoque la vie d’une famille sur plusieurs générations tout au long du XX e siècle. Elle m’a parlé ; déjà car elle débute un an avant la naissance de mon propre père et se conclut – mot impropre – avec le siècle, dont j’ai moi-même parcouru la seconde moitié. Le volume médian a de plus comblé en moi, par sa thématique, le germaniste . Mais tout cela n’aurait suffi si ne s’y ajoutait un vrai talent d’écriture de l’auteur tant quant au maniement de notre langue que pour user de ses qualités de conteur d’histoires riches et à rebondissements. J’ai été juste un peu surpris de voir à un moment l’auteur intervenir comme personnage du récit, selon moi sans vraie nécessité et j’ai aussi trouvé que les rebondissements finaux étaient bien nombreux. Cependant au final, et malgré ces « détails »,un très très grand plaisir que cette lecture. Je l’ai personnellement noté 4/5.

Le livre (en trois volumes séparés ou en « bundle ») est publié par les éditions Hélène Jacob (numérique et papier).

2 réflexions sur “Les trois âges (trilogie de J.-P. Taurel, paru aux EHJ)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s