Une fille occupée ( Dominique Conil), Note de lecture

Conil (259x194) Dominique Conil

« Dominique Conil, au terme d’études universitaires (anglais, chinois) entrecoupées de nombreux voyages, devient journaliste grand reporter. Après avoir assuré pendant trois ans la chronique littéraire de l’Etudiant, elle intègre, en 1984, l’équipe du quotidien Libération, où elle va suivre les prisons, assurer pendant 14 ans la chronique judiciaire, ainsi que de nombreux reportages à l’étranger, notamment en Russie. Elle fait partie de l’aventure de l’Autre journal, fondé par Michel Butel. En 1995, elle publie Notre Justice, enquête-essai sur la justice en France.  » Centre du Livre de Poitou-Charentes

Ma lecture : Je viens de terminer son deuxième livre Une fille occupée (Actes Sud- 206 p.) et je dois dire que j’ai d’abord été dérouté par son écriture elliptique, heurtée, étrange, par la construction éclatée aussi : juxtaposition de scènes, de tranches de vie parfois disparates des divers personnages. Il m’est arrivé de chercher l’unité de tout cela. Surprenante aussi l’intrication plus que fréquente du réel etde l’imaginaire, littéraire surtout. Au tiers du livre j’ai pensé laisser tomber, mais je n’aime pas cela et j’ai insisté, pour finir par m’habituer à ce style et même à être comme envoûté par ce qui m’a fait penser à un style incantatoire. J’ai lu le dernier tiers avec bonheur. A lire si vous cherchez des choses peu ordinaires. Je laisse Georges Rohner en parler dans son blog L’Or des livres : « Deux ans après En espérant la guerre, Dominique Conil publie un second livre en partie autobiographique dont le titre prend également une connotation guerrière. Une fille occupée s’affirme bien comme un roman d’occupation et de démarcation, d’émancipation et, si son premier ouvrage traitait déjà de la difficulté à exister, de l’intérieur et de l’extérieur, de l’enfermement et de la fuite, le second y ajoute une dimension fascinante et même vertigineuse en explorant les rapports complexes de l’imaginaire et du réel, des livres et de la vie. C’est l’histoire de Ka, une petite fille d’origine russe habitant la banlieue ouest de Paris – un des lieux d’implantation de cette émigration – dont le territoire intime est envahi par une famille où règne en maître le culte des livres. Les livres censés la faire vivre d’abord : ceux du père, distant et dominateur, qui enchaîne l’écriture de romans policiers. Mais aussi les innombrables livres lus par une mère incapable d’achever le sien , une mère dépendante et suicidaire qui met son unique espoir dans l’avenir littéraire de son fils surdoué. Histoire d’une libération en plusieurs étapes, d’une double naissance, en tant que femme et en tant qu’écrivain. Des renaissances permettant d’avoir enfin prise sur la vie, de prendre en main son destin , qui, curieusement, commencent toujours par une fuite ou une errance, une griserie ou une fièvre… Fuir le domicile familial, la vie fictive, pour «toucher la vie» réelle. Importance du contact physique dans cette rencontre avec Manuel – un marginal «inscrit nulle part» marqué lui aussi par un manque familial, – tant sur le plan sexuel que dans cette main-mise sur les objets lors des cambriolages auxquels ils se livrent. Fuite de ces deux héros devenus nomades, avides d’excitation – naturelle ou artificielle – pour se sentir exister. Fuir l’amour qui vous emprisonne, les souvenirs qui vous assaillent, tous ces livres qui se substituent aux mots dans un échange impossible. Mais les écrire pour s’en libérer. Fixer les traces des morts pour que l’oubli ne les réduise pas en poussière , noircir du papier pour remplir les blancs. Marquer sa propre trace en la démarquant de celle des autres . Ecrire, être lue, pour exister… Une fille occupée apparaît finalement comme un court texte d’à peine trois pages qui se scinde en son milieu et nous fait entrevoir tous les livres dont il est issu (un texte «occupé» également au sens premier du mot !). Passée la première page, règles d’écriture rédigées à la forme négative sur le mode de la démarcation, le coeur de ce roman étrange est en fait un long flash-back remontant le temps en partant de l’enfance de Ka. Parenthèse refermée par les deux dernières pages qui viennent se ressouder à la première, la prolonger, mais cette fois de manière beaucoup plus affirmative. Affirmation d’un écrivain. Malgré une série de nombreux chapitres dont les titres moqueurs commentent avec recul le récit, le livre semble s’articuler nettement en trois parties, les deux dernières s’annonçant chacune dans la précédente comme pour en adoucir la transition. D’emblée Dominique Conil trouve le ton juste, le recul, justement, mais aussi la proximité nécessaire pour évoquer cette enfance marquée par une névrose familiale d’écriture , grâce à une habile alternance du narrateur, passant de la troisième personne à la première – mais à la première du pluriel, le «nous» englobant Ka et son frère Félix face au père et à la mère dont l’absence de prénom accentue la distance. Une évocation lumineuse délivrée sous forme de flashes, de bribes de souvenirs ou d’impressions qui refont surface et se ravivent , portés par une écriture sensible , volontiers elliptique et souvent ironique. Trouvant son équilibre entre gravité et légèreté , cette première partie « funambule » pleine de fantaisie, à la fois drôle et poignante, m’est apparue comme un véritable moment de grâce. La première émancipation de Ka , dont les manifestations d’indépendance s’intensifiaient déjà depuis quelque temps, s’affirme dans le passage brutal au «je» accompagnant sa fuite de la maison familiale. Un «je» vite dépendant de Manuel , «[son] homme», et de ses casses. (Et le «nous» tend à reprendre le pas sur le «je», Manuel y remplaçant Félix). Une deuxième partie racontant les aventures de nos deux héros qui m’a semblé moins convaincante, un passage à la réalité – ou du moins à ce que ces héros pensent être la vraie vie – paradoxalement, et peut-être intentionnellement, moins crédible. Aussi mon intérêt s’est-il un peu émoussé d’autant plus que la narration s’y fait plus classique. Puis le récit s’infléchit, les livres d’une bibliothèque , objet d’un cambriolage, prennent soudain vie en délivrant leur contenu fictif, amorçant la dernière partie qui démarre dès l’emprisonnement de Manuel. Et l’on retrouve pleinement la belle écriture de Dominique Conil , cette narration un peu déroutante de prime abord qui entretient le flou avec art afin de maîtriser un territoire fuyant, aux frontières des souvenirs, du rêve et de l’inconscient . Une partie riche et complexe tournant autour de l’effacement et de l’inscription , de la disparition et de l’existence . Véritable naissance d’une héroïne qui s’effectue en deux étapes. Son abandon délibéré de Manuel qui permettra aux deux héros de prendre chacun leur indépendance (Manuel, sauvé par les livres, pouvant enfin écrire le sien et accéder à la vie par la fiction). Son arrachement difficile à sa mère et à tous ces livres qui la noient sous un flot de citations pour trouver ses propres mots . Un arrachement nécessaire pour ne pas disparaître avec elle et émerger , exister tout en ne l’effaçant pas. La construction d’Une fille occupée m’a rappelé les « matriochkas » , ces poupées russes , justement , qui semblent si bien s’accorder à un texte où affleure régulièrement la nostalgie de la Russie. Figures gigognes qui s’emboîtent les unes dans les autres à partir d’une figure centrale, d’un noyau indivisible que chacun porte en soi, mues successives dont on conserve la peau… Et, tournant la dernière page, refermant la coque de la figure-mère contenant toutes les autres, j’ai eu l’impression de refermer deux livres, l’acte de naissance d’un écrivain ,certes, mais aussi le livre d’une mère, enfin achevé par sa fille. »

2 réflexions sur “Une fille occupée ( Dominique Conil), Note de lecture

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s